Marcel Ruchon et Anne Coste

Un écosystème énergétique territorial en milieu rural

Séance 3 : Aménagement urbain et paysager.

Les logiques d’aménagement dominantes sont basées sur une approche techniciste de l’innovation, comme en témoigne l’essor des parcs éoliens et des fermes photovoltaïques, ce qui se traduit par une uniformisation du territoire et des paysages. Or la transition énergétique doit être saisie dans toute sa complexité (du fait de la diversité des échelles d’aménagement) et basée sur une nouvelle économie de l’habiter, notamment en milieu rural. Comment repenser notre dépendance aux systèmes en place (énergies fossiles et nucléaires) et conceptualiser un nouveau substrat énergétique fondé sur les ressources territoriales matérielles et immatérielles : énergies renouvelables, matériaux locaux, savoirs et savoir-faire hérités mais aussi rôle des habitants et mise en réseau des acteurs ?

Dans le cadre de la troisième session du programme Ignis mutat res, notre recherche porte sur le territoire de la commune d’Ambert, située dans le Parc naturel régional du Livradois-Forez. Elle s’est déroulée en trois temps : faire émerger, par le projet, des questions architecturales et territoriales (spatiales) ; les traiter du point de vue scientifique afin de produire des connaissances pour les équipes de conception ; revenir sur le terrain à la rencontre des acteurs du territoire, habitants compris, pour mettre ces résultats en discussion.

C’est ce troisième temps qui est présenté ; il permet d’exposer plus en détail notre réflexion sur la notion d’écosystème, en vue de mettre au jour ses dimensions sociales et politiques. En effet, on assiste à un dédoublement de la réflexion sur cette notion, de sorte que les nouveaux modes d’habiter associés à ces écosystèmes ne soient pas seulement issus d’un imaginaire élaboré à huis clos mais selon un processus de partage avec les acteurs du territoire étudié. Aussi, une stratégie de médiation territoriale a été élaborée, afin que les idées produites soient diffusées au public et aux acteurs locaux. Ce dispositif s’est achevé par une réunion publique, « Viv(r)e la transition énergétique ».

La « maquette sociale » ainsi élaborée permet de visualiser la spatialité des acteurs de la transition énergétique et en traduit une structure sous-jacente conduite sur des bases territoriales. Elle valide la stratégie de recherche instituée au départ : s’affranchir d’une approche de la transition énergétique exclusivement centrée sur l’objet et l’échelle architecturale, pour donner a contrario la priorité à l’échelle territoriale et aux ressources propres au milieu rural.

 

Participation au programme de recherche Ignis mutat res, session 3

Spatialiser la transition énergétique. Vers la production d’« écosystèmes énergétiques territoriaux » en milieu rural.

Responsables scientifiques : Anne Coste et Xavier Guillot, professeur HDR à l’Ensa saint-Étienne

Membres de l’équipe : Laëtitia Arantès, Anne-Monique Bardagot, Maxime Bonnevie, Vincent Bradel, Evelyne Chalaye, Mathilde Chamodot, Jean-Nicolas Dubus, Christophe Fluhr, René Hugues, Thomas Jusselme, Jean-Yves Quay, Marc Lemarié, Pierre-Albert Périllat, Alexis Pernet, Pascal Rollet, Stéphane Sadoux, Silvana Segapeli, Marcel Ruchon, Marc Verdier.

 

Marcel Ruchon

RuchonMarcel Ruchon est architecte. Il enseigne à l’Ensa de Saint-Etienne. Membre du réseau Espace rural & Projet spatial (ERPS), il a participé activement à la recherche Spatialiser la transition énergétique, vers la construction d’écosystèmes énergétiques territoriaux en milieu rural (AE&CC/ERPS) dans le cadre du programme Ignis Mutat Res.

 

Anne Coste

Anne Coste est architecte-historienne. Elle enseigne à l’école nationale supérieure d’architecture de Grenoble. Chercheure au laboratoire Cultures constructives (LabEx AE&CC) qu’elle a dirigé de 2008 à 2014, elle coordonne le programme « Spatialiser la transition énergétique. Vers des écosystèmes énergétiques territoriaux en milieu rural ». Son dernier ouvrage, paru aux éditions Monsa, s’intitule Slats Façades/Fachadas en Celocia, il porte sur l’histoire de la coopération entre l’entreprise Llambi et différents architectes, dont José Antonio Coderch, pour le développement de dispositifs de protection solaire.

 

Associés à cette intervention :

– Xavier Guillot, ENSASE, Réseau scientifique thématique « Espace rural & projet spatial »

– Mathilde Chamodot, UGA, ENSAG, AE&CC (labex), Laboratoire Cultures constructives

– Alexis Pernet, ENSPV, Réseau scientifique thématique « Espace rural & projet spatial »

– Nicolas Dubus, UGA, ENSAG, AE&CC (labex), Laboratoire Cultures constructives