Sabri Bendimérad et Philippe Simon

Toits et efficacité énergétique : Paris, Chicago, Montréal

Séance 2 : Norme et projet.

Il y a trois manières d’aborder le rôle des toits au regard de l’efficacité énergétique : d’abord, ils peuvent être le substrat d’une production d’énergie, de calories ou de biomasse ; ensuite, ils peuvent avoir un rôle « passif », quand ils sont bien isolés, à haute inertie et efficaces dans la rétention d’eau ; enfin, les toits à énergie « dirigée » ou déviée influent sur l’effet Albedo. Les toits ont aussi un effet indirect sur l’efficacité énergétique : d’une part, en tant que potentiels lieux de production de biens alimentaires, ils participent au renforcement des circuits courts d’une agriculture urbaine renaissante ; d’autre part, la surélévation des toits existants signifie plus de densité et d’intensité urbaine, donc un effet bénéfique pour limiter la consommation d’énergie dans les transports (voir Kenworthy et Newman, 1989).

C’est en abordant toutes ces dimensions que nous avons conduit cette recherche interdisciplinaire dans le cadre de la première session du programme Ignis mutat res. Déclinée sur trois villes dans trois pays pendant trois ans et mobilisant une trentaine de personnes issues de différents milieux (architectes, biologistes, sociologues, géographes, politiques et fonctionnaires municipaux), « Learning from Paris, Chicago, Montréal » a conduit ses différents protagonistes à des acculturations fécondes et réciproques et ouvert un large spectre d’explorations et de réflexions sur l’épiderme aérien et l’efficacité énergétique, au croisement entre disciplines et entre lieux.

Nous avions démarré cette recherche par un travail sur les toits de Paris, à partir de questions patrimoniales. Ici, le principal enseignement a été de traiter l’énergie comme une « force en action » au sens étymologique (enérgeia), c’est-à-dire par les effets qu’elle produit dans la fabrication de la ville dense, plus que comme un objet d’étude en soi. Le rôle des toits est, dans cette perspective, plus important qu’il n’y paraît : nous avons montré que leur mobilisation peut participer d’une nouvelle manière de concevoir la ville. Après avoir été, historiquement, protecteurs et refuges, et alors qu’ils sont en passe de devenir des surfaces productives, les toits pourraient aussi aider à mieux vivre ensemble.

 

Participation au programme de recherche Ignis mutat res, session 1 :

L’épiderme aérien des villes au regard de la question écoénergétique – « Learning from » Chicago, Montréal, Paris

Responsable scientifique : Alena Prochazka, professeure associée à l’Université du Québec à Montréal
Membres de l’équipe : Luc Abbadie, Yves Baudouin, Sabri Bendimérad, Pierre Boyer-Mercier, Sandra Breux, Éric Duchemin,  Chantal Pacteau,  Carlo Parente,  Thomas Scheck, Philippe Simon, Theodore Stathopoulos, Antony Wood, Chris Younès,

 

Sabri Bendimérad

Sabri Bendimérad est architecte DPLG, maître-assistant à l’Ensa de Normandie, membre du laboratoire Architecture, Culture, Société (ACS) XIX-XXIe siècles ; il est également membre du conseil scientifique de l’Atelier international du Grand Paris (équipe MVRDV-ACS-AAF). Son dernier ouvrage paru en 2010 aux éditions archibooks s’intitule Vu de l’intérieur : Habiter un immeuble en Ile-de-France (1945-2010) (avec Monique Eleb).

Philippe Simon

Philippe Simon est architecte DPLG, professeur à l’Ensa Paris-Val de Seine, membre du laboratoire ACS XIX-XXIe siècles ; il est également membre du conseil scientifique de l’Atelier international du Grand Paris (équipe MVRDV-ACS-AAF). Son dernier ouvrage paru en 2014 aux éditions Mardaga s’intitule Le logement collectif entre confort, désir et normes (avec Monique Eleb).